Bill Gates et sa route vers le succès : son point de vue sur les vacances et les week-ends

Bill Gates est synonyme de succès. Il n'était qu'un étudiant lorsqu'il a créé Microsoft, mais pour devenir le magnat qu'il est et pour que l'entreprise devienne un géant de la technologie, il a dû travailler, travailler et travailler.

Le milliardaire de 67 ans a de nombreux secrets derrière son succès, comme sa fantastique routine du week-end pour commencer le lundi au top de sa forme ou la fameuse règle des cinq heures pour rendre chaque journée productive.

Il semble logique de penser que pour qu’un type comme Bill Gates ait autant de succès que l’entreprise qu’il a fondée, il doit passer beaucoup d’heures au travail.

C’est là que beaucoup se posent les mêmes questions  : le magnat est-il un homme qui travaille sept jours sur sept ou croit-il que le repos est aussi une bonne chose ?

On peut dire que le point de vue de Bill Gates sur la relation travail – repos et l’équilibre qu’elle implique a évolué au fil des ans.

Ce que Bill Gates pense du repos

Lors d’un événement destiné aux entrepreneurs en 2019, Bill Gates a été interviewé par sa collègue Julia Hartz, PDG d’Eventbrite, avec qui il a parlé de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Bill Gates a parlé de ses habitudes et de ses convictions à l’âge de 20 ans par rapport à aujourd’hui : « Je pense que l’on peut vénérer et mythifier l’idée de travailler extrêmement dur. Dans mon cas particulier, c’est vrai que je ne croyais pas aux week-ends, je ne croyais pas aux vacances« .

A lire :   ChatGPT, web3 ou metaverse ? Bill Gates est clair sur ce que sera la prochaine révolution

Cependant, 10 ans plus tard, à 30 ans, il a commencé à apprécier les jours de congé. Bien sûr, après avoir atteint son objectif : « Une fois que j’ai atteint la trentaine, j’avais du mal à imaginer comment j’avais fait. Parce qu’à ce moment-là, c’est devenu un comportement naturel et j’ai adoré les week-ends« .

Il est intéressant de noter que Bill Gates a ajouté que le jeune Bill qu’il était à l’âge de 20 ans détesterait sûrement le vieux Bill d’aujourd’hui.