ChatGPT est maintenant disponible sur WhatsApp

Daniel Gross, entrepreneur américain et cofondateur de Cue (racheté par Apple), a intégré GPT-3.5 (qui est utilisé pour construire ChatGPT) dans un assistant doté d’intelligence artificielle sur WhatsApp.

En intégrant GPT-3.5 dans WhatsApp, Gross a pu discuter avec le robot comme s’il s’agissait d’un ami dans sa liste de contacts. Il l’appelle WhatsApp-GPT.

Le code est disponible sur GitHub.

Selon Gross, il a exécuté WhatsApp à partir d’un téléphone en utilisant la bibliothèque golang, puis a exécuté simultanément « ChatGPT » sur un navigateur. Il souligne également que cela pourrait ne pas fonctionner du premier coup.

Cependant, il faut noter que l’API officielle de ChatGPT n’est pas encore disponible.

L’influenceur technologique Varun Mayya a également annoncé quelque chose de similaire sur Twitter. Il a déclaré : « Nous annonçons God In a Box, une implémentation directe de GPT-3.5 dans WhatsApp. Contrairement aux autres implémentations, la nôtre utilise le tout nouveau modèle et l’API, et ne nécessite pas d’identifiants. Nous lançons ce soir, mais vous aurez besoin d’une clé bêta. »

Cependant, vous pouvez rejoindre la liste d’attente même si vous n’avez pas la clé bêta.

Inspiré par Gross, l’utilisateur de Twitter Altryne a même réussi à intégrer ChatGPT dans Telegram.

Depuis son lancement, ChatGPT a pris l’internet d’assaut et a déjà enregistré un million d’utilisateurs en quelques jours. Ce qui rend ChatGPT impressionnant, c’est qu’en plus de répondre à des questions d’ordre général, il peut expliquer des codes et des concepts scientifiques, rédiger des essais universitaires de base et même des scénarios de comédies romantiques.

A lire :   Pourquoi et comment l'IA est en train de transformer le secteur des médias ?

Le modèle est publié dans sa version bêta et son utilisation est gratuite. Cependant, Sam Altman, fondateur d’OpenAI, a déclaré qu’ils envisageraient de monétiser le modèle avec un coût moyen de quelques centimes par chat. Il a également ajouté que la monétisation devient particulièrement importante car « les coûts de calcul sont exorbitants« .