La Cour de justice de l’Union européenne ordonne à Google de supprimer les données « manifestement inexactes ».

La Cour de justice de l'Union européenne a décidé que Google, propriété d'Alphabet, devait supprimer des résultats de recherche toutes les informations dont les utilisateurs peuvent démontrer qu'elles sont fausses.

La plus haute juridiction de l’Union européenne a statué que Google, filiale d’Alphabet, doit supprimer des informations des résultats de recherche en ligne si les utilisateurs peuvent démontrer qu’elles sont fausses.

Ces dernières années, le « droit à l’oubli » en ligne, ou la possibilité de supprimer son empreinte numérique sur l’internet, a été à l’origine de conflits entre les partisans de la liberté d’expression et ceux qui défendent le droit à la vie privée.

Les deux dirigeants d’un groupe de sociétés d’investissement qui ont porté l’affaire devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) ont demandé à Google de supprimer les résultats de recherche liant leur nom à certains articles critiquant la stratégie d’investissement du groupe.

L’Union européenne a demandé à Google de supprimer les vignettes

L’Union européenne a également demandé à Google de retirer les vignettes de leurs photos des résultats de recherche. La société a refusé ces demandes, affirmant qu’elle n’avait aucune idée de la véracité ou de la fausseté des informations contenues dans les articles.

La Cour de justice de l’Union européenne a déclaré :

« L’exploitant d’un moteur de recherche doit déréférencer les informations trouvées dans le contenu référencé lorsque la personne qui demande le déréférencement prouve que ces informations sont manifestement inexactes. »

Toutefois, le numéro de l’affaire est C-460/20 Google (Déréférencement d’un contenu prétendument inexact).

A lire :   Qu'est-ce que ChatGPT et pourquoi tout le monde en parle ?

Google va regrouper les équipes chargées du service de cartographie et des produits cartographiques de Waze

Dans un effort de rationalisation des processus, Google a annoncé que les équipes travaillant sur le service de cartographie Waze et les produits comme Google Maps seront combinées à partir du 9 décembre. Selon un porte-parole de Google, la société appartenant à Alphabet intégrera Waze, qu’elle a acheté en 2013 pour un milliard de dollars, à Google Geo, son portefeuille de produits de cartographie du monde réel, qui comprend également Google Maps, Google Earth et Street View.

Google a annoncé que le PDG de Waze, Neha Parikh, quittera l’entreprise après une période de transition. Waze restera une application autonome comptant environ 151 millions d’utilisateurs actifs mensuels dans le monde.

Sundar Pichai, le PDG d’Alphabet, a déclaré le 12 juillet que l’entreprise allait rationaliser les procédures et combiner les investissements lorsqu’ils se chevauchent. Noam Bardin, ancien cadre supérieur de la société, a affirmé en février 2021 que Waze avait du mal à se développer au sein de Google et qu’elle aurait pu « probablement se développer plus rapidement et beaucoup plus efficacement » si elle était restée indépendante.