Meta pourrait supprimer le fil d’actualité de Facebook !

Meta pourrait supprimer le fil d'actualité de Facebook si le Congrès américain adopte une loi sur les médias

Meta, la société mère de Facebook, a menacé lundi 5 décembre de supprimer des informations de sa plateforme si le Congrès américain adopte un projet de loi visant à faciliter les négociations collectives entre les organes de presse et des entreprises telles qu’Alphabet Inc (Google) ou Facebook lui-même.

Des sources bien informées ont déclaré à Reuters, qui les a citées dans un rapport, que les législateurs envisagent d’ajouter la loi sur la concurrence et la préservation du journalisme à un projet de loi annuel sur la défense qui doit être adopté afin d’aider l’industrie de la presse locale en difficulté.

Andy Stone, porte-parole de Meta, a expliqué dans un tweet que la société serait contrainte d’envisager de supprimer des informations si le projet de loi était adopté « plutôt que de se soumettre à des négociations mandatées par le gouvernement qui ignorent injustement toute valeur que nous apportons aux médias par l’augmentation du trafic et des abonnements« .

Il a ajouté que la proposition ne reconnaît pas que les éditeurs et les diffuseurs mettent du contenu sur la plateforme parce que « cela profite à leurs résultats, et non l’inverse« .

Détails sur la loi controversée

News Media Alliance, un groupe commercial représentant les éditeurs de journaux, exhorte le Congrès à ajouter le projet de loi au projet de loi sur la défense, en faisant valoir que « les journaux locaux ne peuvent pas se permettre de subir plusieurs années supplémentaires d’utilisation et d’abus de la part de Big Tech, et le temps d’agir est compté. »

A lire :   Le Samsung Galaxy S20 reçoit la version bêta d'Android 13

« Si le Congrès n’agit pas rapidement, nous risquons de permettre aux médias sociaux de devenir le journal local de facto de l’Amérique« , accusent-ils.

Lundi, plus de deux douzaines de groupes ont exhorté le Congrès à ne pas adopter le projet de loi sur les informations locales, affirmant qu’il « créerait une exemption antitrust peu judicieuse pour les éditeurs et les diffuseurs » et faisant valoir que le projet de loi n’exige pas que « les fonds obtenus par la négociation ou l’arbitrage soient payés même aux journalistes« .