Netflix : Les créateurs de « Mercredi » expliquent pourquoi ils ont décidé de faire une série uniquement basée sur son personnage

"Personne n'avait passé beaucoup de temps avec elle auparavant".

Les créateurs de « Mercredi », Al Gough et Miles Millar, ont révélé les raisons qui les ont poussés à faire un spin-off uniquement sur le personnage éponyme.

La série Netflix, qui met en vedette Jenna Ortega dans le rôle principal, se concentre sur Mercredi alors qu’elle traverse l’adolescence à la Nevermore Academy, et les deux créateurs ont révélé qu’ils voulaient offrir une représentation élargie du personnage de La Famille Addams.

« C’était un personnage que nous aimions tous vraiment, et avec lequel personne n’avait passé beaucoup de temps« , a déclaré Gough à Hollywood Reporter. « C’est un personnage que nous n’avions vu qu’à l’âge de 12 ans ; elle faisait partie d’une famille et avait une réplique drôle dans une scène, mais nous ne savions pas grand-chose d’elle. »

Son intrépidité et sa capacité à rester elle-même étaient intéressantes, et nous avons pensé : « Et si c’était une adolescente ? Et si vous la retiriez de sa famille et la mettiez dans un pensionnat, qui est ostensiblement une nouvelle famille ? Comment réagirait-elle ?« , a-t-il poursuivi.

Miles Millar, qui a également créé Smallville  a ajouté que lui et Al Gough voulaient « honorer » l’héritage de la Famille Addams, en affirmant que Mercredi possédait une qualité « nostalgique« .

A lire :   Netflix ne permettra plus le téléchargement de films ou de séries pour le visionnage hors ligne

Concernant l’annonce d’une deuxième saison, Gwendoline Christie a teasé que son personnage, Principal Weems, pourrait revenir pour de futurs épisodes, déclarant : « J’ai l’impression que Larissa Weems ne serait pas vraiment prête à se divertir ou à être dominée par quelque chose d’aussi banal que la mort. »

« Je pense que Larissa fait de son mieux pour embrasser le monde dans son ensemble. Je pense qu’elle a pris cette chance, et c’est malheureux que cela ait fini par la mener à sa perte« , a-t-elle poursuivi. « Mais j’ai l’impression qu’elle pense qu’il vaut mieux prendre le risque que de ne pas le prendre. Je crois qu’elle pense qu’il vaut mieux se lancer dans un monde idéaliste que d’exister dans l’isolement.«