Pourquoi même les personnes rationnelles croient aux théories du complot

Nous avons tous des biais cognitifs et nous nous fions davantage à l'intuition qu'aux preuves, mais il est indéniable que les théoriciens de la conspiration ont proliféré ces derniers temps.

Avec l’avènement de la pandémie est également apparu un phénomène qui, bien qu’il ait toujours hanté les êtres humains, a proliféré de manière exponentielle en raison de cette période agitée : les théories du complot.

À un moment de crise grave avec peu d’informations sur un virus potentiellement dangereux, de nombreuses théories ont commencé à émerger sur la façon dont il a été causé (la 5G, par exemple), comment il a été guéri (Trump a même parlé d’eau de Javel) ou même comment il a été propagé (pendant un moment, il a même été question qu’il pouvait être transporté sur des chaussures). Et, bien sûr, les négateurs du virus ont émergé.

Il y avait des théoriciens de la conspiration avant, mais après l’époque étrange de la pandémie, il semble qu’il y ait des gens prêts à trouver une conspiration derrière n’importe quoi, y compris Philomena ou le volcan de La Palma. Les théories du complot sont nombreuses et variées : les terraplanistes, les adeptes de Qanon, le Nouvel Ordre Mondial ou les chemtrails. Faites votre choix. Et, chose amusante, vous connaissez probablement une ou plusieurs personnes qui croient que l’une d’entre elles est vraie. Peut-être même que vous croyez à certains d’entre eux.

Ceux qui y croient sont plus susceptibles de croire que rien n’arrive par hasard, mais que tout est lié et qu’il n’y a pas de coïncidences.

Il a été plus que prouvé que, malgré l’image persistante du théoricien de la conspiration comme un homme peu instruit portant un chapeau en aluminium, de nombreuses personnes rationnelles croient également à ce genre de théories. Michael Shermer, auteur à succès et chroniqueur de magazine, a entrepris il y a quelque temps d’étudier pourquoi « les gens croient des choses bizarres ». Il est arrivé à la conclusion, selon un article paru dans Psychology Today, que les conspirations (deux personnes ou plus ou un groupe conspirant pour obtenir un avantage) sont assez fréquentes dans les systèmes démocratiques. En termes simples, ceux qui y croient sont plus susceptibles de croire que rien n’arrive par hasard, mais que tout est lié et qu’il n’y a pas de coïncidences. Pour eux, les conspirateurs sont mauvais et ont des plans grandioses élaborés.

Shermer arrive à plusieurs conclusions intéressantes. La première est que, dans certains cas, l’acceptation des théories du complot peut être motivée davantage par le besoin de signaler sa loyauté envers la tribu que par une véritable croyance dans le complot en question (ce qui pourrait expliquer comment plusieurs politiciens républicains américains apparemment intelligents et sains d’esprit ont pu approuver une théorie du complot aussi bizarre que celle de QAnon). Il souligne également que le conspirationnisme est parfois une réponse rationnelle à un monde dangereux.

L’acceptation des théories de conspiration peut être motivée davantage par le besoin de signaler sa loyauté envers la tribu que par une véritable croyance en une conspiration particulière.

Bien entendu, les préjugés dont nous souffrons tous en tant qu’êtres humains jouent également un rôle dans ce domaine. Même les personnes les plus rationnelles souffrent de biais de confirmation, de simplification excessive de questions complexes ou de dissonance cognitive. Malgré tout, des études montrent que certaines personnalités sont plus susceptibles de croire ces choses : faible confiance en soi, esprit moins scientifique, croyance en un monde dangereux, excentricité idéologique… tout cela joue un rôle. Et, bien sûr, l’intuitionnisme aussi : une forte tendance à utiliser la pensée intuitive plutôt que la pensée fondée sur des preuves.

Deux variables sont également déterminantes : les réseaux sociaux, qui ont sans doute rendu leur acceptation plus large et plus forte, et le stress social. Comme nous l’avons dit au début, en période d’instabilité politique, d’insécurité économique, de pandémies et de guerres, il semble beaucoup plus facile de croire à des théories alambiquées. Shermer conclut un peu durement : parfois, les théories de la conspiration nous sécurisent, car nous semblons comprendre le monde même s’il existe un plan diabolique exécuté par des ennemis impitoyables. Il est plus difficile de comprendre la complexité du monde.