TikTok admet que des employés ont espionné et accédé aux données d’utilisateurs et de journalistes américains.

En plein moment de tension entre la Chine et les États-Unis et alors que le géant américain a plusieurs yeux sur TikTok, ByteDance, la société mère du réseau social, a admis que certains de ses employés ont accédé de manière inappropriée aux données d'utilisateurs américains et de deux journalistes.

Certains de ces employés de ByteDance se trouvaient en Chine pendant qu’ils espionnaient les utilisateurs américains et les deux reporters. Selon le rapport du New York Times, ces accès inappropriés ont fait suite à une enquête visant à découvrir la source d’une fuite.

Shou Chew, PDG de TikTok, aurait admis l’espionnage dans un mémo envoyé aux employés, auquel Bloomberg a eu accès.

ByteDance enquêtait en interne depuis janvier de cette année sur une allégation selon laquelle la société prévoyait d’utiliser l’application TikTok pour localiser certains utilisateurs américains.

Qu’a trouvé ByteDance ?

L’enquête de ByteDance a révélé que quatre employés ont accédé aux adresses d’identification et à d’autres données personnelles d’un couple de journalistes de BuzzFeed News et du Financial Times, ainsi que d’un nombre inconnu d’utilisateurs américains avec lesquels ils étaient en contact.

Le rapport a été publié par BuzzFeed, qui a cité des fuites d’audios de réunions de TikTok confirmant que des membres de l’entreprise ont accédé à plusieurs reprises aux données des utilisateurs aux États-Unis pendant cinq mois entre septembre 2021 et janvier 2022.

Le porte-parole de TikTok a expliqué au New York Times dans un e-mail : « La mauvaise conduite de certaines personnes, qui ne sont plus employées par ByteDance, a constitué un abus flagrant de leur autorité pour accéder aux données des utilisateurs. »

A lire :   Amazon lance le flux d'achats "Inspire", semblable à celui de TikTok.

Selon le média, ByteDance a licencié les quatre employés qui ont accédé aux données des utilisateurs américains. La société a restructuré son équipe d’audit interne et supprimé l’accès du service aux données américaines, mais les dirigeants craignent que le mal soit déjà fait.